Aller au contenu principal

Séance 5 Délimitation des plaques

SÉANCE 5

Plan classe inversée Thème 1B

Avant la séance :

Pendant la séance :

V/ Le modèle de la tectonique des plaques

A/ Les plaques lithosphériques

Matériels nécessaires :

TP5: Les plaques lithosphériques et la tectonique des plaques

Quels sont les arguments scientifiques en faveur de l’existence des « blocs » lithosphériques?

 À la fin des années soixante, la géométrie des failles transformantes océaniques permet de proposer un modèle en plaques rigides. Des travaux complémentaires parachèvent l’établissement de la théorie de la tectonique des plaques en montrant que les mouvements

  • divergents (dorsales),
  • décrochants (failles transformantes) et
  • convergents (zones de subduction)

sont cohérents avec ce modèle géométrique.
Des alignements volcaniques, situés en domaine océanique ou continental, dont la position ne correspond pas à des frontières de plaques, sont la trace du déplacement de plaques lithosphériques au dessus d’un point chaud fixe, en première approximation, dans le manteau.

Le « C’est pas sorcier » sur la Réunion explique ces alignements issus de point chaud.

 

 

Un modèle global

Après la séance :


Le coin du professeur

Correction limite de plaques

Savoirs : À la fin des années soixante, la géométrie des failles transformantes océaniques permet de proposer un modèle en plaques rigides. Des travaux complémentaires parachèvent l’établissement de la théorie de la tectonique des plaques en montrant que les mouvements

  • divergents (dorsales),
  • décrochants (failles transformantes) et
  • convergents (zones de subduction)

sont cohérents avec ce modèle géométrique.
Des alignements volcaniques, situés en domaine océanique ou continental, dont la position ne correspond pas à des frontières de plaques, sont la trace du déplacement de plaques lithosphériques au dessus d’un point chaud fixe, en première approximation, dans le manteau.

Le « C’est pas sorcier » sur la Réunion explique ces alignements issus de point chaud.

Savoirs-faire : Réaliser une manipulation analogique simple, ou utiliser un logiciel de simulation, pour comprendre que les mouvements des plaques sont des rotations de pièces rigides se déplaçant sur une sphère.
Comprendre comment désormais des faits ne s’intégrant pas a priori avec le modèle initial (volcanisme intraplaque) permettent un enrichissement du modèle (théorie des points chauds) et non son rejet.
Corréler les directions et les vitesses de déplacements des plaques tirées des données paléomagnétiques avec celles déduites de l’orientation et des âges des alignements volcaniques intraplaques.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :