Aller au contenu principal

3-C Vision

Thème 3C: De l’œil au cerveau

Chapitre 1 : De la lumière à la naissance du message nerveux visuel

Comment l’œil permet-il de capter la lumière de notre environnement  ?

classe inversée Thème 3C + texte à trou élève

I. Le cristallin, une lentille vivante

SÉANCE 1 : rôle du cristallin

Le cristallin est l’un des systèmes transparents de l’œil humain.

Il est formé de cellules vivantes qui renouvellent en permanence leur contenu.

Les modalités de ce renouvellement sont indispensables à sa transparence.

II. Les photorécepteurs de la rétine : un produit de l’évolution

SÉANCE 2 : L’organisation fonctionnelle de la rétine

1. Les photorécepteurs de la rétine sont des récepteurs à la lumière de l’environnement

a) anatomie de la rétine

La rétine est une structure complexe qui comprend les récepteurs sensoriels de la vision appelés photorécepteurs.

Celle de l’Homme contient les cônes permettant la vision des couleurs (3 types de cônes respectivement sensibles au bleu, au vert et au rouge) et les bâtonnets sensibles à l’intensité lumineuse.

b) Répartition des cônes et des bâtonnets dans la rétine

2. L’histoire évolutive de la vision des couleurs

SÉANCE 3: L’histoire évolutive de la vision des couleurs

Les gènes des pigments rétiniens constituent une famille multigénique (issue de duplications) dont l’étude permet de placer l’Homme parmi les Primates.

Des anomalies des pigments rétiniens se traduisent par des perturbations de la vision des couleurs.
Le message nerveux issu de l’œil est acheminé au cerveau par le nerf optique.

Chapitre 2 Cerveau et vision : aires cérébrales et plasticité

SÉANCE 4: Cerveau et vision : aires cérébrales et plasticité

Plusieurs aires corticales participent à la vision.


L’imagerie fonctionnelle du cerveau permet d’observer leur activation lorsque l’on observe des formes, des mouvements. La reconnaissance des formes nécessite une collaboration entre les fonctions visuelles et la mémoire.

Des substances comme le LSD perturbent le fonctionnement des aires cérébrales associées à la vision et provoquent des hallucinations qui peuvent dériver vers des perturbations cérébrales graves et définitives.


La mise en place du phénotype fonctionnel du système cérébral impliqué dans la vision repose sur des structures cérébrales innées, issues de l’évolution, et sur la plasticité cérébrale au cours de l’histoire personnelle.


De même, la mémoire nécessaire par exemple à la reconnaissance d’un visage ou d’un mot repose sur la plasticité du cerveau.
L’apprentissage repose sur la plasticité cérébrale. Il nécessite la sollicitation répétée des mêmes circuits neuroniques.

Publicités
One Comment
  1. Merci beaucoup pour tout ce travail super bien documenté et interactif, je vais m’en inspirer pour créer ma première classe inversée. Bonne continuation !

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :